Bienvenue sur le site des Franciscains de Nantes

Jean-Luc Picaut (150).jpgLes premiers fils de saint François sont arrivés dans la ville ducale en 1245...

Aujourd'hui, les Franciscains restent présents dans le diocèse, au cœur de la ville de Nantes, au "Couvent de Canclaux" :
une Fraternité ouverte, insérée dans une Église locale et signe de la présence des Frères dans la région Ouest.

La chapelle attenante invite à une pause de silence et de prière.
Les Franciscains de Nantes vous souhaitent la bienvenue sur leur site.

Frère Jean-Luc Picaut, Gardien

Vous êtes ici :   Accueil » Frère François-Régis Fine
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier
Frères
Famille Franciscaine
Visites

 3787944 visiteurs

 51 visiteurs en ligne

FR Fine.jpg

Frère François-Régis Fine, religieux franciscain, prêtre, actuellement dans la Communauté franciscaine de Nantes,
est originaire de Marseille. Ingénieur chimiste (ENSIC, Nancy,
1964) ; master of science (NU, USA) ;
15 ans de travail dans l'industrie Chimique (3 ans en laboratoire, 12 ans au bureau d'études central d'une entreprise chimique internationale.

Voici une présentation de ses 8 livres (textes de dos de couverture) :

1. "Jésus et la création" :

1 (1200).jpg

De façon similaire et toutes proportions gardées, il ne s'agit pas de savoir 'comment Jésus s'est inséré dans la création', mais plutôt de savoir 'comment sa venue a donné sens à la création' apportant des réponses décisives sur l'origine et la destinée de cette création, ainsi que sur la vocation de l'homme dans cette création. Par là nous donnons suite à ce propos de Cl. Tresmontant selon lequel "la pauvreté volontaire ne peut que résulter d'une profonde assurance concernant le principal", c'est-à-dire l'origine et le sens de la création et notre place dans cette création.

2. "Qu'est-ce que l'homme que tu le connaisses" (Essai d'une anthropologie chrétienne) :

2 (1200).jpg

3. "Connais-toi toi-même. Deux méthodes de connaissance de soi" :

3 (200).jpgLe but de cet ouvrage est de présenter des méthodes de connaissance de soi indispensables pour tenir sa place dans le monde contemporain de plus en plus complexe et faire face à ses agressions multiples et incessantes.

Deux méthodes sont choisies selon le critère de leur simplicité et du minimum requis en matière de préalable philosophique ou religieux. Le seul préalable retenu est celui contenu dans la maxime gravée sur le fronton du Temple de Delphes 'connais-toi toi-même' qu'il faut bien comprendre : il ne s'agissait pas d'une invitation à développer des méthodes de connaissance de soi, mais il s'agissait bien davantage d'en poser le fondement : 'souviens-toi que tu n'es pas dieu'. Maxime qui prend tout son sens, étant gravée à l'entrée d'un Temple !

4. "Aime-moi. Un parcours spirituel" :

4 (3).jpgCet écrit n'est pas un enseignement ; il n'est pas, non plus, un simple témoignage. C'est un acquis des sciences humaines, aujourd'hui, qu'un fait 'brut' n'existe pas ; un fait est toujours présenté avec une interprétation. On ^présente donc ici, délibérément, les faits survenus dans un parcours spirituel avec une interprétation. Cette interprétation est le résultat d'un travail effectué par l'auteur lui-même sur ce qui lui est arrivé. Elle est inspirée de textes autorisés de la tradition chrétienne, parce que c'est dans un contexte chrétien que les faits décrits sont survenus.

Le parcours de l'auteur peut paraître laborieux, mais ce labeur est à situer dans la conviction de Lech Walesa, ce grand témoin du 20ème siècle : "Je ne crois pas aux victoires de la 1ère heure, je n'ai pas la foi dans la maturité de tels succès" in Chemin d'espoir, Fayard, 1987. L'exégète P. Beauchamp confirme cette conviction : "ce qui devrait étonner dans l'histoire biblique, ce n'est pas son progrès, mais sa lenteur".

5. "Fin du monde ou Fin d'un monde ?" :

5 (1200).jpg

6. "La singularité humaine"
Civiliser notre rapport avec les animaux, en collaboration avec Benoît Calmès (X87, Mines de Paris, maîtrise en philosophie, ingénieur en aéronautique) :

6 (360).jpgPour de multiples raisons, l'époque contemporaine s'intéresse au monde animal et plus particulièrement aux rapports monde humain / monde animal. En témoignent les multiples ouvrages parus ces 20 dernières années aux titres et sous-titres si inspirants : Sagesse animale (comment les animaux peuvent nous rendre plus humains) ; vivre avec les animaux (une utopie pour le 21ème siècle ; l'erreur de Descartes (la raison des émotions) ; théologie animale ; Homo Deus (qui consacre son ch. 2 'l'anthropocène' sur ce sujet) ; Nature et spiritualité... Le temps ne serait-il pas venu de revisiter nos anciens, depuis Aristote, et ainsi de donner suite à la vision prophétique de Victor Hugo :

        "La philosophie humaine s'est peu occupée de l'homme en dehors de l'homme, et n'a examiné que superficiellement et presque avec un sourire de dédain les rapports de l'homme avec la bête qui, à ses yeux, n'est qu'une chose. Mais n'y a-t-il pas là des abîmes pour le penseur ?... N'y a-t-il pas dans les rapports hommes / bêtes, fleurs, les objets de la création, toute une grande morale à peine entrevue encore, mais qui finira par se faire jour et qui sera le complément de la morale humaine..."

          Hugo conclut : "Sans doute, c'était le 1er devoir - et c'est par là qu'on a dû commencer, et les divers législateurs de l'esprit ont eu raison de négliger tout autre soin pour celui-là - il fallait humaniser l'homme du côté de l'homme. La tâche est avancée et fait des progrès chaque jour (souhaitons-le !), mais il faut aussi civiliser l'homme du côté de la nature. Là, tout est à faire".

Apporter une modeste contribution à cette civilisation annoncée et souhaitée par V. Hugo, où 'tout est à faire', tel est notre projet, limité, dans cet ouvrage, à la relation homme / animal.

Disponible sur Google, Éditions Vie.

7. "Marie, aujourd'hui" :

7 (1200).jpg

8. "Pourquoi l'homme-Dieu ? Thomas d'Aquin vs Duns Scot" :

8 (200).jpgLorsque Jean-Paul II s'est rendu au Cameroun pour un voyage pastoral, un discours de bienvenue lui a été adressé par un pasteur protestant de ce pays. Il dit au Pape : "Nous savons qu'il y a des différences entre nous, mais nous ne savons pas bien lesquelles !" On pourrait imaginer un propos de ce type entre les tenants respectifs de ces deux grands théologiens que furent Thomas d'Aquin et Duns Scot, avec toute fois la précision suivante : 'certes, nous savons que leur différence a porté sur la réponse donnée à la question qui a traversé tout le Moyen-Âge : 'Cur homo Deus ,' 'Pourquoi l'homme Dieu ?' Mais nous savons moins bien en quoi cette différence impacte notre compréhension et notre pratique de la vie chrétienne. Cet ouvrage tente d'apporter quelques éléments de réponse sur ce point.

Ouvrages disponibles sur Google :  'Éditions Croix du salut François-Régis Fine'.


 


Date de création : 17/09/2020 @ 01:09
Catégorie : Frères - Frères qui écrivent
Page lue 384 fois

Prières et Méditations
Renseignements
Services
Vivre en Église durant la pandémie du Covid-19
 
Webmaster - Infos